Tout ce qui brille – un brin déçu

Tout ce qui brille a fait parti des films que je tenais à voir et une fois n’est pas coutume j’ai tenu mon objectif ! C’était d’ailleurs difficile de passer à côté de la présence médiatique de Geraldine Nakache et Leila Bekhti tant les deux jeunes actrices ont mouillé leur chemise pour la promotion de Tout ce qui brille.  Et franchement elles ont si bien défendu leur film qu’elles m’ont donné envie de le voir !

Lila et Ely vivent, travaillent et s’ennuient ensemble à Puteaux. Amies pour la vie, elles rêvent des strass et paillettes de la capitale, d’arrêter de vivre à 10 minutes de leur vie car pour elles la vie c’est Paris !

C’est sur ce sujet relativement simple que le film démarre et se construit. Tout ce qui brille est une chronique dans l’air du temps de deux jeunes filles avec des rêves plein la tête croquée avec une certaine délicatesse mais également un brin de simplicité.

Délicatesse d’abord car le film ne sombre jamais dans une caricature facile de la banlieue telle qu’on la fantasme: violente, agressive ou revancharde. Elle est ici le terreaux d’une amitié à-la-vie à-la-mort que chacun de nous rêve. Retrouvez dans l’autre une partie de soi, lui faire confiance au point de fermer les yeux sur ses petits défauts. Une sincère définition de l’amitié en somme.

Mais au-delà de cette belle histoire d’amitié (sans grande originalité toutefois) le scénario est d’une simplicité déconcertante. Les facilités s’accumulent tellement que cela devient dérangeant.  Les petits moments de la vie sont les meilleurs moments du film: partager un sandwich sur un banc entre copines, attendre et ne rien faire en vannant gentiment les passants. Mais une fois que l’histoire prend le dessus le film tombe à plat et tourne au ralenti. Les effets de réalisation sont patauds et on se désintéresse rapidement d’une histoire incroyablement vide.

Les personnages sont également inégalement croqués. Si Ely, une Géraldine Nakache touchante de sincérité, et Lila, Leila Bekhti en brin dessous de sa comparse, sont plutôt bien écrits les autres personnages sont vides (je n’ai pas accroché au personnage joué par Audrey Lamy). Mention spéciale pour le rôle joué par Linh-Dan Pham qui est totalement inconsistant. Elle n’est rien d’autre qu’exécrable et son personnage totalement inutile.

Je me console avec la découverte de Géraldine Nakache qui va surement faire son petit bout de chemin…

Ma Note: 11/20

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress | Designed by: video games | Thanks to Wachdienst, Trucks and SUV